Le tri à la source des biodéchets

À compter du 1er janvier 2024, les collectivités auront obligation de proposer à tous les producteurs et détenteurs de biodéchets, une solution de tri à la source des biodéchets, et ce, pour tous les acteurs concernés dans le cadre du Service Public de Prévention et Gestion des Déchets (SPPGD). Ces solutions se déclinent en plusieurs types présentées ici :

Le compostage individuel

Le compostage est une pratique qui consiste à accélérer la décomposition de la matière organique pour produire un substrat pouvant servir d'amendement pour les sols : le compost.

En présence d'air, d'eau et en contact avec le sol, les micro organismes décomposent la matière. Le compostage est un processus vivant et tient donc au maintien de plusieurs équilibres, notamment ceux de l'humidité, de l'aération et de la balance des déchets carbonés et ceux azotés.
Pour être maitrisé correctement, le compostage demande une base de connaissance théorique, un peu de pratique mais aussi une certaine surveillance pour repérer et corriger les déséquilibres qui pourraient advenir.

Vous trouverez ici un petit guide du compostage ainsi que celui du SIEEOM Sud-Quercy, plus complet.

Il vous est possible d'acheter un composteur à tarif réduit auprès de votre collectivité. Voici les démarche à suivre si vous êtes habitant de  :

Le compostage est un procédé qui demande un petit peu d'espace extérieur et s'adresse donc aux personnes ayant un jardin donc plutôt à de l'habitat rural ou pavillonaire. 

 

Le lombricompostage / vermicompostage

Le lombricompostage / vermicompostage est un procédé qui se rapproche du compostage dans les grands principes (dégradation de la matière organique par le Vivant, respect des équilibres...) cependant contrairement au compost, il s'agit d'un véritable éco-système où vivent, grandissent et meurent des vers de terre (Eisenia fetida) qui représentent une grande majorité des micro organismes du lombricomposteur. 

Vous trouverez ici un guide du lombricompostage (à venir).

Peu consommateur d'espace, généralement sans odeur, le lombricomposteur est principalement destiné aux personnes vivants dans des habitations sans espaces extérieurs. 

Le compostage collectif : 

Le compostage collectif se différencie du compostage individuel car il se destine à un usage partagé entre différents usagers, souvent proches géographiquement. Les composteurs collectifs sont donc dimensionnés pour traiter de plus grands volumes (généralement autours de 1000L). Le compostage collectif nécessite également un, ou plusieurs référents afin de surveiller et corriger les équilibres nécessaires au bon fonctionnement du composteur. 
Le/les référents doivent se charger de veiller à ce que les composteurs soient exempts d'odeurs, de moucherons, et nuisibles en tous genre qui perturberaient le process de compostage. 

Le compostage collectif se distingue également par sa configuration, un seul bac de compostage ne suffit pas contrairement au compostage individuel, le compostage collectif doit être composé de trois bacs : 

  • Bac de compostage (là où il est possible de jeter ses déchets organiques)
  • Bac de matière sèche/brune (là où sont stockées broyat, feuilles mortes et autres apports de matière "structurante")
  • Bac de maturation (là où le bac est plein et où le processus de compostage en cours, seul le/les référents y ont accès)

 

Le compostage autonome en établissement

Le compostage autonome en établissement vise à internaliser la gestion des biodéchets via le compostage pour des entreprises, collectivités ou associations pour lesquelles il y a une production de bidoéchets sur site. Il vise à réduire le coût de gestion (collecte et traitement) des déchets pour l'entreprise. Il ne peut être efficace que s'il est réellement suivi par un ou des référents et qu'il est proportionné en amont, aux besoins de la structure.
Pour être dans une démarche efficace, un diagnostic et une opération de sensibilisation doivent être effectuée en matières de prévention des déchets sur site.

Lorsqu'on parle de gestion des biodéchets en établissement, peuvent également être envisagés : la collecte séparée, la (micro) méthanisation, le traitement par fermenteur électromécanique etc.

Vous aimeriez faire un diagnostic sur votre installation ? Quelle solution serait la mieux adaptée ? Les services du SDD82 et des collectivités-membres sont là pour vous accompagner!